L’aménagement urbain pour une meilleure intégration du vélo

On assiste depuis les années 1970 en Tunisie à un changement de l’aménagement du tissu urbain vers une plus forte intégration multimodale, qui s’accélère depuis quelques années pour donner aux habitants des villes une plus grande liberté de déplacement au sein des agglomérations.

Une piste cyclable, enfin !

Une piste cyclable, enfin !

Jusque dans les années 1950, les villes tunisiennes étaient développées autour du modèle colonial remontant au début du siècle, autour d’un centre composé de la Médina, entourée de faubourgs, R’bath, eux-mêmes entourés de vergers Jenens formant une sorte de périphérie. Dans cette périphérie  de vergers, souvent de propriété familiale étaient bâtis des logements semi-ruraux, les Borj, constituant une transition entre ville et campagne.

Dans les années 1970, le flux de peuplement et d’urbanisation commence à montrer une évolution de la charge démographique du centre ville vers la banlieue, avec pour conséquences, l’expansion du tissu urbain ainsi qu’une densification des habitations dans la zone autrefois occupée par les vergers Jenens. A côté de cela, l’absence de réserves foncières publiques dans les zones péricentrales, a poussé les autorités à initier de nouveaux noyaux de développements en dehors des espaces communaux (Sfax en est un bel exemple).

Depuis les années 2000, on assiste à un développement du transport de masse affichant une volonté des autorités d’affronter les problématiques d’engorgement et de pollution des zones urbaines, suite à un boom de la « voiture populaire » dans les années 1990. En plus des transports en commun (rail ou bus) qui voient le jour dans les grandes villes du pays, de nombreux projets d’aménagement de pistes cyclables ont été entrepris comme par exemple à Tunis. De plus, grâce au boom de la demande et au fort développement des sites d’annonces, il est désormais facile pour tout un chacun de se procurer un vélo à moindre coût sur ces derniers, afin de pouvoir profiter de ces aménagements, créés dans un but d’appropriation verte de la ville par et pour ses habitants.

En définitive, il faut comprendre que le sujet transport, piste cyclable, tram, TER, RER, métro est au cœur des préoccupations citoyennes en Tunisie comme à l’international . Carthage, par exemple, situé au nord de Tunis et classé patrimoine de L’UNESCO se trouve à l’heure actuelle dans une situation délicate et problématique. Plutôt que d’augmenter la visibilité du parc archéologique en favorisant l’accès au site par un transport efficace, on se retrouve face une carence de moyens de transports ne permettant pas de mettre en valeur la région et en développer le tourisme. Cet aspect influe donc sur l’économie locale or les enjeux sont considérables. On parle ici non plus seulement d’aménagement urbain mais aussi de développement territorial…

Rédaction : Susanna G.

Sources :

Article sponsorisé offert à VTN dans le cadre d’une collaboration éditoriale.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>